ROLLIER Franck

On me dit un jour que « j’écrivais les oiseaux » : j’essaye de parler de la vivacité du monde animal. Représentant très souvent des oiseaux croqués sur le vif, ou pris en photos, je ne peux cacher une influence asiatique dans l’usage de l’encre ou de l’aquarelle, et le mouvement reste au cœur de mes œuvres… J’invite à deviner ces scènes au plus proche de la nature, comme autant de poèmes graphiques, dans une oeuvre qui ne s’arrête pas qu’à ces scènes champêtres.